Certes, la situation de la France n’est pas comparable à celle de 1792, lorsque Danton prononça cette formule fameuse à la tribune de l’Assemblée. Néanmoins, force est de constater que de nombreuses transformations sont à conduire pour permettre à notre pays et à ses institutions, et notamment aux collectivités territoriales, de continuer à remplir les fonctions qui sont les leurs, au service des citoyens et des territoires.  C’est là une nécessité impérieuse, pour faire face aux  nombreux défis auxquels il convient aujourd’hui de faire face. Et ce n’est pas en gémissant sur la réduction des transferts de L’État que les transformations nécessaires seront mises en œuvre.

Certes, ces contraintes budgétaires sont à l’origine de réelles difficultés pour un certain nombre de collectivités. Mais il est de plus en plus compris et admis que nous avons changé d’époque ; le contexte n’est plus celui des années 1980 ou 1990.

La question n’est donc plus celle de l’adaptation mais de la transformation.

Aujourd’hui, les outils existent et la réforme territoriale permet d’élargir la clavier  ; quelles que soient leur imperfection (et même si l’on peut s’accorder sur le fait que les textes sont loin d’être satisfaisants, à bien des égards), il demeure possible d’actionner un ensemble de mesures permettant de faire évoluer dans le bon sens les institutions et leur gouvernance :

  • définition d’une stratégie politique forte permettant de redessiner le périmètre de l’action publique territoriale, au regard de finalités réaffirmées,
  • périmètres élargis pour un certain nombre de territoires communautaires permettant une approche renouvelée des projets de territoires, dont l’intérêt et la pertinence s’en trouvent renforcés,
  • communes nouvelles, favorisant un resserrement de la gouvernance communautaire, à l’exemple de ce qui a été mis en œuvre sur le territoire des Mauges, en Maine et Loire, http://www.maugescommunaute.fr/
  • schémas de mutualisation des services, visant à optimiser la mobilisation des ressources humaines tout en proposant aux personnels des perspectives réelles en termes d’évolution professionnelle et de carrière,
  • regroupement de réseaux de soins et maisons médicales pour apporter des réponses aux problèmes posés par la désertification médicale,
  • mobilisation citoyenne,

Cette liste n’est pas exhaustive ; elle permet de prendre la mesure des marges de manœuvre existant, pour peu qu’une double volonté se manifeste : politique et managériale.

Le paradoxe de la situation est qu’alors même que les contraintes de gestion sont plus que jamais prégnantes, ce n’est pas de la gestion qu’émergeront les solutions et les réponses.

Élus et dirigeants territoriaux sont aujourd’hui aux commandes non plus uniquement pour gérer, mais surtout pour impulser, imaginer, innover, oser sortir des sentiers battus afin de proposer une vision d’avenir pour leur territoire, une vision mobilisatrice des énergies locales qui ne demandent qu’à s’investir !

Décision Publique a vocation à accompagner ces initiatives et favoriser l’émergence de nouveaux projets.