Nomadisme, coworking, télétravail,… de nouvelles pratiques se mettent en place et bouleversent les frontières des organisations.


Quels impacts et opportunités pour le management des organisations publiques ?

Le management doit faire co- exister 3 espaces au service des objectifs de l’organisation ; un espace de confidence et d’échange, un espace de socialisation et d’ajustements informels et un espace pour définir et accéder aux règles de fonctionnement.

De plus, le travail distant nécessite la prise en compte par le manager de facteurs multiples induits par ces nouveaux usages tels que :

  •  La distance ou plutôt, les nouvelles frontières de l’organisation.
  • Les relations aux outils numériques et aux jeux d’acteurs au sein de l’organisation souvent très variables en fonction des différents âges des salariés.

En conséquence, il s’agit de passer d’une vision unidirectionnelle du management à l’animation d’une communauté d’acteurs aux attentes et modes de fonctionnement variés.

Le Centre d’Analyse Stratégique a publié en début d’année 2012 un rapport intitulé « L’impact des TIC sur les conditions de travail ». Quelle lecture peut-on faire de ces risques à l’aune du travail distant ?

Ce rapport pointe 5 risques majeurs :

  • L’augmentation du rythme et de l’intensité du travail.
  • La surcharge informationnelle, en effet les volumes de données à traiter d’ici 2020 seront multipliés par 50 (selon une étude du cabinet IDC ; Extracting value from Chaos, 5ème édition) et « Les travailleurs du savoir » consacrent déjà entre 15 et 35% de leur temps à chercher de l’information » (source KM World).
  • Le renforcement du contrôle de l’activité et la réduction de l’autonomie du salarié.
  • L’affaiblissement des relations interprofessionnelles et/ou du collectif de travail.
  • Enfin, le brouillage des frontières spatiales.

Quelles conséquences et quelles pistes envisagées au niveau des 3 espaces identifiés précédemment ?

  • Espace de confidence : Les outils numériques ne pouvant pas tout prendre en charge, le management se doit d’organiser le présentiel afin de permettre aux agents de se confier en dehors du collectif.
  • Espace de socialisation : organiser également le présentiel afin de permettre aux « distants » de maîtriser l’organisation informelle nécessaire au fonctionnement de toute activité.
  • Espace administratif: donner un accès aisé à l’information propre à l’activité par l’intermédiaire des Espaces Numériques Organisationnels.

Il est évident que tout ceci ne peut fonctionner que si le manager adopte une posture centrale  prônant « la confiance a priori », fixe des objectifs partagés, s’entoure de collaborateurs complémentaires et  sache reconnaitre les efforts réalisés tout autant par les agents présents que les agents distants.