Plus de 110 participants à cette réunion d’information et de débats sur la mutualisation des services ! Voilà qui témoigne de l’intérêt des acteurs territoriaux (Élus et cadres dirigeants) pour un sujet qui interpelle fortement :

  • quelles échéances au-delà de mars 2015 ?
  • quel cadre législatif, sachant que des interrogations demeurent quant à la «mutualisation ascendante » et au coefficient de mutualisation ?
  • comment s’y prendre pour élaborer son schéma de mutualisation ?
  • comment le faire vivre ?

Autant de questions abordées lors de cette rencontre. Les débats et témoignages (Monsieur Grimaud, Président de la Communauté de commune du canton de de Segré et Maire de Segré, Monsieur Calvez, DRH de la Ville de Nantes et Nantes Métropole ; Monsieur Suignard, Inspecteur général à la Ville de Rennes a présenté les pratiques de mutualisation entre la Ville de Rennes et Rennes Métropole, Monsieur Bellec, DGS de Concarneau Cornouailles Agglomération) ont ainsi permis de confirmer certains principes méthodologiques qui contribuent à la réussite d’un schéma de mutualisation :

  1. ancrer le schéma de mutualisation sur des axes stratégiques clairement exprimés par les Élus, par exemple via une « Charte de la mutualisation », qui explicite les objectifs poursuivis par la mutualisation et permet de communiquer en interne, tant vers l’ensemble des Élus du territoire que vers les personnels territoriaux,
  2. affirmer le principe de la contractualisation entre collectivités comme fondement des futures relations entre celles-ci : les conventions permettant de faire vivre le schéma de mutualisation en constituent la matérialisation la plus claire,
  3. se doter d’une méthodologie claire, prévoyant des validations progressives de chacune des étapes et évitant le risque de tout retour en arrière et de toute remise en cause des avancées,
  4. être attentif à ce que toutes les parties concernés, Elus et personnels territoriaux, soient régulièrement informées et ainsi rassurées sur leurs devenirs respectifs.

Enfin l’importance du calendrier et d’une gestion maîtrisée du temps a été soulignée : « il est indispensable de se fixer des échéances » a souligné l’un des intervenants.
Il y a donc d’une part le temps que l’on se donne et d’autre part le temps dont on dispose ; la loi fixe clairement l’échéance de mars 2015 pour l’élaboration des schémas de mutualisation.
Mais au-delà de la réalisation formelle du « schéma de mutualisation », le véritable défi à relever sera ensuite celui de sa mise en œuvre. C’est alors que devra intervenir une authentique conduite du changement.