Quels services doivent intégrer ce « panier de services » type ?

Avant de s’essayer à une première liste de services, nous tenons à souligner les limites de l’exercice. Celles-ci se résument à notre sens essentiellement à la question suivante : Où s’arrête la notion de proximité (temps de parcours, distance…) ?

Ajoutons également que le « panier de services » type ne pourra que très marginalement être similaire sur l’ensemble de nos territoires. Le profil de la population (vieillissement, jeunesse, niveau de précarité, état de santé de la population…) a un impact non négligeable sur les services de proximité à développer pour la population d’une part et sur la notion même de proximité d’autre part. Une population vieillissante et isolée disposera de besoins d’une tout autre nature qu’une population qui se renouvelle et rajeunit.

Comme l’illustre le diagnostic élaboré pour le schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité aux services du Gers plusieurs champs d’investigation et typologie de services peuvent-être pris en compte dans ce « panier de services »:

  • Culture / sports / tourisme : conservatoire de musique, bibliothèque ou médiathèque et plus largement l’ensemble des équipements sportifs et culturels, associations sportives et culturelles,…
  • Enfance / jeunesse / périscolaire / extrascolaire/ accueil d’enfants : crèche, relais d’assistante maternelle, centre aéré, accueil périscolaire…
  • Éducation : école maternelle, primaire, collège, lycée, centre de formation en alternance
  • Santé : médecin généraliste, infirmier, kinésithérapeute, dentiste, pharmacie, laboratoire, centre de radiologie, médecin spécialiste, centre hospitalier, maison médicale de garde
  • Services à la personne : service de portage de repas à domicile, ADMR, réseau gérontologique, ménage à domicile…
  • Services sociaux : CAF, CIAS,…
  • Mobilité / transport : gare sncf, gare routière, ligne de transport en commun, aire de covoiturage…
  • Justice / accès aux droits : tribunal, tribunal de commerce
  • Services marchands de proximité : boulangerie, boucherie, épicerie, distributeur, marché…
  • Sécurité / secours aux personnes : police, gendarmerie, pompiers, samu…
  • Logement (dont sociaux)
  • Administrations : mairie, centre des finances / trésorerie, préfecture…
  • Service public de l’emploi : agence pôle emploi, mission locale, structure d’insertion par l’emploi…
  • Poste : bureau de poste, relais colis…

Nous sommes ici dans une liste exhaustive de ce que nous pouvons retrouver sur nos territoires. Elle ne peut par conséquent constituer un panier type de services publics. Cette liste doit en effet être affinée, comme nous l’avons précisé, en fonction des spécificités de chacun des territoires. Nous pouvons peut-être retenir le socle minimum suivant:

  • Santé : soins de premier recours, pharmacie
  • Commerce de proximité : boulangerie, supermarché ou épicerie, agence bancaire
  • Agence pôle emploi ou mission locale
  • Bureau de poste

Ces services du quotidien devraient être accessibles dans une durée de l’ordre de 15 à 30 minutes, ce qui implique un périmètre restreint. D’autres services utilisés moins fréquemment peuvent être disponibles à 30 minutes ou 1 heure.

D’un maillage optimum du territoire à un maillage raisonnable :

Au-delà de ce raisonnement sur le maillage optimum des territoires, il est nécessaire de s’interroger sur la viabilité économique des services offerts à la population, sur leur appartenance à la sphère publique ou au secteur marchand; sans occulter la question du coût de ces services.

Est-il en effet raisonnable de rechercher à maintenir des pharmacies sur l’ensemble de nos communes alors que certaines peinent aujourd’hui à trouver leur équilibre et à être viables économiquement ? Est-il raisonnable que chaque canton ou communauté de communes dispose d’un conservatoire de musique qui n’accueille qu’un faible nombre de jeunes et d’habitants ?

L’ensemble de ces questionnements doivt aujourd’hui nous inviter à innover et à développer de nouvelles formes de services à destination de la population ou à mutualiser les services. Cette notion de mutualisation et d’innovation organisationnelle, nous la retrouvons aujourd’hui dans les maisons de services aux publics.

Nous profitons de cet article pour vous rappeler que l’appel à projets sur les maisons de services aux publics est toujours d’actualité et nous vous encourageons à vous inscrire dans ces réflexions pour penser à l’offre de services de demain sur les territoires pour les populations.

Pour aller plus loin, nous vous conseillons de consulter les travaux suivants :